top of page
  • Photo du rédacteurCabinet Gauchet Art Asiatique

“China Trade Paintings” : Une perspective historique sur la peinture et le mobilier


"Vue des entreprises étrangères à Guangzhou", anonyme, huile sur toile conservée au Hong Kong Museum of Art crédits : HKMA

L'Évolution des Peintures Chinoises dans le commerce


L'histoire riche de la Chine dans le domaine du commerce, en particulier dans l'art, offre un voyage fascinant à travers le temps. Au cœur de ce périple se trouve l'évolution de la peinture chinoise, avec des contributions notables d'artistes tels que Spoilum, George Chinnery et Lam Qua. Ces artistes, actifs aux XVIIIe et XIXe siècles, ont apporté un mélange unique de techniques orientales et occidentales à leur travail, créant un genre distinct qui a captivé l'imagination des publics locaux et internationaux.



LAM QUA attribué à, "Manufactures étrangères à Canton, 1825-1835"

Spoilum, Chinnery et Lam Qua : Ponts Culturels à travers l'Art


Spoilum, pionnier dans ce domaine, est reconnu comme l'un des premiers artistes chinois à adopter les techniques de peinture occidentales. Ses peintures à l'huile, rares en Chine à cette époque, dépeignaient des scènes vivantes des ports chinois et de la vie quotidienne, offrant un aperçu d'un monde jusque-là inconnu de nombreux Occidentaux. George Chinnery, peintre anglais ayant passé une grande partie de sa vie en Chine, s'est imprégné de la culture et du paysage locaux. Ses œuvres, principalement à l'huile et à l'aquarelle, capturaient la vie trépidante des ports chinois et la beauté sereine de la campagne.Lam Qua, protégé de Chinnery, a poussé plus loin cette synthèse culturelle. Ses portraits et illustrations médicales, souvent à l'huile, démontraient une attention méticuleuse aux détails et une profonde compréhension des principes artistiques occidentaux.




Ecole chinoise "The Spanish, American, British, and Dutch Hongs at Canton", circa 1826. crédits : Christie's

L'Art des vues de Ports et des Navires


Un aspect significatif de cette période était les peintures de vues de ports et de navires. Ces œuvres, principalement à l'huile, à l'aquarelle et à la gouache, servaient de chroniques visuelles des activités commerciales dynamiques et de la puissance maritime de la Chine. L'utilisation de l'aquarelle et de la gouache, en particulier, conférait à ces peintures une transparence et une luminosité très recherchées par les collectionneurs et les commerçants.


Le Monde Enigmatique de la peinture sur verre


Une branche intrigante de l'art chinois dans le commerce était la pratique de la peinture sur verre. Cette technique, apparue au XVIIIe siècle, impliquait l'application de peintures à base d'huile ou d'eau sur la face arrière de panneaux de verre. Les sujets comprenaient souvent des paysages, des portraits et des scènes de la mythologie chinoise, reflétant à la fois les tendances artistiques de l'époque et la demande des consommateurs occidentaux fascinés par l'Orient exotique.

CHINE pour l'export, XVIIIe siècle Elégant fixé sous verre Représentant le portrait de jeune femme Occidentale tenant un masque, expertisé par le Cabinet Gauchet Art Asiatiques, crédits : Yann Girault

La Splendeur du Mobilier d'Exportation


Parallèlement au commerce de peintures, le marché du mobilier d'exportation chinois était en plein essor. Fabriquées à partir de bois précieux comme le palissandre et l'acajou, ces pièces étaient réputées pour leur exquise fabrication et leur durabilité. Le mobilier d'exportation laqué, en particulier, se distinguait par son utilisation de laque fine, une résine obtenue à partir d'arbres spécifiques en Asie. Cette laque, appliquée en plusieurs couches, créait une finition profonde et lustrée à la fois belle et résistante à l'usure.


CHINE, Ecole de Canton, XIXe siècle Cabinet en bois laqué noir ouvrant à deux portes en façade, chacune comprenant un décor de trois plaques en albâtre peintes. Piètement postérieur. Expertisé par le Cabinet Gauchet Art Asiatique, vendu 2500 euros.



Variations Régionales et Techniques


Ces pièces de mobilier, souvent fabriquées dans les régions côtières de Chine, étaient conçues pour répondre aux goûts occidentaux. L'incorporation d'éléments de design européens dans les motifs traditionnels chinois créait une esthétique unique qui plaisait à une clientèle diversifiée.


Gauchet Art Asiatique : Un Pont entre Passé et Présent


À l'ère moderne, l'expertise du cabinet Gauchet Art Asiatique, dirigé par l'expert Jean Gauchet, est devenue essentielle pour préserver et promouvoir cet héritage riche. Leur partenariat avec des commissaires-priseurs et des maisons de vente aux enchères à travers la France offre une porte d'entrée dans ce monde fascinant. Avec la possibilité d'obtenir des estimations par photographies ou rendez-vous personnels en France, Belgique et Suisse, Gauchet Art Asiatique fournit un service inestimable aux collectionneurs et passionnés, depuis l’estimation jusqu’à la vente aux enchères.


Le commerce de peintures et de mobilier chinois représente non seulement une activité économique significative, mais aussi un échange culturel qui a enrichi les paysages artistiques de l'Orient et de l'Occident. Les contributions des artistes et artisans de cette période continuent d'influencer et d'inspirer, faisant le pont entre passé et présent, et garantissant que cet héritage riche reste une partie vibrante de notre tapisserie culturelle mondiale.





Sources

“The China Trade” par Carl L. Crossman*

"George Chinnery (1774-1852) : Artiste de l'Inde et de la Côte de Chine," par Patrick Conner.* "La Laque : Technologie et Conservation," par Marianne Webb.

Site officiel et publications de Gauchet Art Asiatique.


Vous possédez des oeuvres asiatiques, nous sommes la pour vous aider dans l'expertise de vos objets




29 vues0 commentaire
bottom of page