top of page
  • Photo du rédacteurCabinet Gauchet Art Asiatique

La peinture de cour sous la dynastie Ming (1368-1644) en Chine

Dernière mise à jour : 3 avr.

La période Ming en Chine, marquée par la victoire de Zhu Yuanzhang en 1368, a été une époque de profonds changements politiques et culturels. À l'apogée de cette dynastie, l'empereur autoproclamé Ming Hongwu a instauré des réformes qui ont eu des répercussions significatives sur le monde de l'art, en particulier dans le domaine de la peinture de cour.


Chine, dynastie Ming, XVIIe siècle, encre et gouache sur papier, marouflée et montée en rouleau, estimé 5000 euros par le cabinet Gauchet Art Asiatique

Les artistes de l'époque étaient confrontés au défi de fusionner deux traditions artistiques parallèles : celle des artistes professionnels et celle des artistes lettrés. Contrairement aux périodes précédentes, la liaison entre ces deux catégories n'a pas été facilitée par une figure telle que Zhao Mengfu. Les lettrés ont maintenu une certaine distance dans la peinture de cour, posant ainsi des questions sur la manière de poursuivre ces deux traditions distinctes.


La cour des Ming a été caractérisée par la nomination d'artistes à des postes variés, mettant en avant la peinture de personnages. Cette dernière était fortement influencée par le cadre politique, obligeant les artistes à réaliser des portraits impériaux destinés à évoquer le rang et la fonction des sujets représentés.


"Portrait du prince Zhu Youyuan", Anonyme, v. 1521, rouleau vertical, encre et couleurs sur soie, Musée du Vieux Palais, Beijing

Toutefois, la montée en puissance des eunuques à la cour, à partir du XVe siècle, a créé des tensions. Leur influence croissante a incité de nombreux lettrés à se retirer, préférant s'installer à Suzhou, une ville reconnue pour ses paysages pittoresques et sa culture raffinée. Cette évolution marque un tournant significatif dans l'expression artistique, témoignant de l'ouverture aux influences externes et de la recherche de nouvelles formes d'expression visuelle.



"Prendre du plaisir à regarder des antiquités", Du Jin, dernier quart du XVe, rouleau vertical, encre et couleur sur soie, 126,1 X 187 cm, MNP, Taipei

La peinture sous la dynastie Ming a évolué à partir d'une tentative d'évocation de l'atmosphère des Song du sud vers une recherche délibérée de l'antique, inspirée du modèle Song Huizong. La peinture de lettré, à l'opposé de la peinture de cour, est devenue polychrome sous les Ming, marquant une nouvelle ère artistique.

Ainsi, la peinture de cour sous la dynastie Ming a été à la fois le reflet des aspirations politiques de l'époque et le témoin d'une renaissance artistique, influençant durablement le paysage artistique chinois jusqu'à nos jours.

 

La valeur marchande de la peinture sous la dynastie Ming demeure élevée, avec certaines pièces atteignant des montants impressionnants lors des enchères. L'expertise de professionnels tels que le Cabinet Gauchet Art Asiatique, ainsi que de leurs maisons de vente aux enchères partenaires, joue un rôle crucial dans la mise en lumière de ces trésors artistiques auprès des collectionneurs et des institutions muséales. Cette expertise garantit la préservation et la valorisation continues de ces œuvres d'art historiques. Nous sommes à votre disposition pour procéder à l'expertise et à l'évaluation de vos peintures chinoises, couvrant toutes les époques, et mettant particulièrement en avant celles de l'époque Ming. Vous pouvez soumettre vos photos pour une évaluation rapide ou convenir d'un rendez-vous à Paris et dans toute la France.





Références

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page